Mes dernières (meilleures) lectures #5

Photo by StockSnap - Mes dernières meilleures lectures

Mes dernières lectures sont encore une fois marquées par des essais. Ils ne sont pas spécialement agréables à lire, car ils parlent de pollution, de violence et de mensonge, mais ils viennent enrichir ma réflexion sur ces sujets d’actualité. En guise de récré, je me suis lancée dans une trilogie passionnante et dans un roman doux-amer… Voici le bilan !

Le Siècle, de Ken Follet : dans cette trilogie intense et passionnante, on retrouve la même (bonne) formule que dans les Piliers de la terre du même auteur. On change d’époque, puisque l’action se déroule tout au long du XXe siècle, mais la magie opère quand même. Anglais, Russes, Américains, Allemands… Tous les personnages ont pris vie dans ma tête, et j’ai exploré leurs espoirs, leurs combats et leurs passions en même temps qu’eux. Au fil des chapitres, j’ai réalisé à quel point il est difficile de conserver son indépendance d’esprit face aux régimes totalitaires, et cela me permet de mieux comprendre ce qui se passe actuellement dans le monde… Seul le tome 3, un peu trop « politique » à mon goût, m’a incitée à sauter des pages.

Les vies de papier, de Rabih Alameddine : un peu nostalgique, un peu foutraque, ce livre laisse une impression douce-amère. Aaliya, Beyrouthine pur jus, vit seule dans son appartement depuis que son mari impuissant l’a quittée, de nombreuses années auparavant. Pour passer le temps, elle traduit des livres. Elle s’approprie le langage et la vie de ses auteurs favoris en retranscrivant leurs ouvrages en arabe. Parallèlement, elle raconte sa propre vie, ses moments forts, ses luttes, ses quelques joies, ses interrogations. Même si j’ai été déroutée, voire ennuyée, par certaines pages, j’ai ressenti tellement d’empathie pour Aaliya que je suis restée jusqu’au bout de ce joli moment de lecture.

Zéro pollution *, de Yannick Roudaut : actuellement, nous faisons face à ce que l’auteur appelle « la septième révolution de l’humanité ». La teneur de cette révolution philosophique et existentielle concerne notre survie en tant qu’espèce. C’est ainsi que l’auteur nous encourage à sortir de l’illusion que la Terre nous appartient, car nous ne sommes ni supérieurs ni séparés de toutes les autres espèces. Il nous revient de prendre notre part de responsabilité, sans nous résigner ni céder à la facilité, car le changement passe par des solutions imparfaites, des essais et des erreurs. Bonne nouvelle : nous pouvons aller plus vite si nous nous y mettons tous !

L’explosion de la violence *, d’Olivier Labouret, est un livre que j’ai trouvé assez inégal, car les assertions de l’auteur sont parfois discutables (selon moi). Néanmoins, ce livre a le mérite d’explorer une vérité soigneusement mise sous cloche dans notre société : la violence est partout. Elle n’est pas seulement le fait d’individus « fragiles », elle est entretenue par une société compétitive, agressive, consumériste, capitaliste et froidement technologique. Selon l’auteur, la conjugaison de facteurs sociétaux, la psychologisation à outrance ainsi que l’impuissance des individus à contrôler leur destin feraient le lit de tous les extrémismes. Ainsi, quand la société nous impose de faire bonne figure alors que nous sentons bien que tout part à vau-l’eau, cette ambivalence nous écrase et nous écartèle. C’est alors que le désespoir et la solitude peuvent pousser les individus à la violence, qu’elle soit dirigée contre eux-mêmes (implosion et effondrement) ou contre des tiers (agression, terrorisme). Un livre à lire pour réfléchir sur les moyens de renverser la vapeur.

Toute la vérité (ou presque) sur la malhonnêteté *, de Dan Ariely, fait toute la lumière sur les mécanismes du mensonge. L’auteur énonce que nous sommes tous potentiellement capables de malhonnêteté, car nous cherchons à préserver nos propres intérêts pour tirer avantage de la vie. Pourtant, nous souhaitons nous voir comme des personnes dignes de confiance, fiables, honnêtes, bonnes contribuables, etc. Dan Ariely prouve que nous nous leurrons à travers plusieurs études qu’il a menées en collaboration avec de nombreux chercheurs. J’ai trouvé ce livre très intéressant, parfois amusant, et surtout très révélateur de nos distorsions cognitives et de nos « petits arrangements » avec la légalité, l’éthique et la réalité…

Qu’avez-vous lu récemment ?

* Livres reçus en service de presse