Mes dernières (meilleures) lectures #7

Photo by Congerdesign - Mes dernières meilleures lectures

L’ennui du début de l’année a lentement cédé la place à une anxiété diffuse que je ne parviens pas à apaiser. Pour me changer les idées, j’ai donc choisi de naviguer entre fiction historique et romans humoristiques, transition écologique et marasme psychologique. C’est la vie !

Une colonne de feu, de Ken Follett : j’ai hésité à entamer cette lecture, car les chroniques que j’avais pu en lire mettaient l’accent sur l’aspect « espionnage et manigances » du roman, qui se déroule dans un XVIe siècle déchiré entre catholicisme et protestantisme. N’étant pas accro aux romans d’espionnage, j’avais peur d’être déçue et de ne pas retrouver l’esprit des précédents tomes de la « série » de Ken Follett, débutée avec Les piliers de la terre. J’avais tort, j’ai adoré. Les personnages sont tout aussi attachants, les péripéties s’enchaînent en souplesse et, surtout, le questionnement sur la tolérance religieuse peut aisément être transposé à notre époque. Une réussite, comme d’habitude 🙂

Le journal de monsieur Chatastrophe, de Chris Pascoe : si vous aimez les chats et que vous voulez rire un bon coup, ce livre est fait pour vous. Brum, le chat de Chris Pascoe, est une véritable catastrophe ambulante et le récit de ses aventures improbables est tout simplement hilarant. J’ai passé un très bon moment de lecture, même si je me suis parfois apitoyée sur ce chat si maladroit…

De bons présages, de Terry Pratchett et Neil Gaiman : dans la série « lectures humoristiques », voici les cocasses aventures de l’Antéchrist à la sauce Pratchett et Gaiman. Dans un feu d’artifice de situations absurdes, les deux comparses mettent en scène des personnages que l’on ne trouve nulle part ailleurs et qui pourtant semblent plus vrais que nature. Un roman fantastique, drôle et distrayant à souhait, en tout cas pour ceux qui, comme moi, apprécient le style inimitable des Annales du Disque-Monde.

Arlington Park, de Rachel Cusk : je ne sais pas ce qui m’a incitée à lire ce livre jusqu’au bout, tant il véhicule une sorte de désespoir existentiel sordide. Peut-être est-ce son étrange poésie qui m’a envoûtée, avec cette pluie qui fait presque office de personnage à part entière. À travers le récit de plusieurs femmes au foyer dans une banlieue britannique, Rachel Cusk examine à la loupe les petites mesquineries humaines ainsi que les détails anodins du quotidien comme les courses, le bruit, le désordre d’une maison vivante. J’ai apprécié la froide lucidité de cette plongée dans les méandres du cerveau humain, même si cela n’a pas amélioré ma propre humeur…

Oui ! #2 * : Oui ! est la revue de La ruche qui dit oui, ce qui en fait une lecture un peu différente de ce que je présente habituellement. Mais j’ai tellement aimé la mise en page et les reportages que j’ai eu envie de lui donner sa place ici. Dans ses pages, pas de moralisme ni de catastrophisme, le ton est résolument optimiste et les initiatives mises en avant sont destinées à encourager chacun à passer à l’action. Ce magazine prouve que le changement est en marche, tout doucement, grâce à des personnes passionnées qui s’investissent à 100 % dans la transition. Une vraie bouffée d’air frais !

Quelle a été l’ambiance de vos dernières lectures, dites-moi ?

* Revue reçue en service de presse