Choisir est un pouvoir

Photo by Inspired Images - Faire des choix pour être aux commandes

Je vous en avais touché un mot dans cet article, il est fondamental de savoir faire des choix dans la vie. Contre toute attente, ce sont souvent les « petits choix » du quotidien qui se révèlent être les plus importants pour piloter intelligemment notre existence…

La captivité des écrans, où l’apprentissage de la passivité

Je me souviens d’avoir passé des heures (et des heures !) devant des programmes télé stupides lorsque j’étais plus jeune. Il m’arrivait de regarder un feuilleton ennuyeux jusqu’à la fin, simplement parce que je me sentais obligée d’aller au bout de l’histoire.

J’ai aussi perdu beaucoup de temps à jouer à des jeux qui n’avaient d’autre fonction que de me faire oublier mon ennui. Plus je jouais, plus je m’ennuyais, et pourtant je continuais… sans réaliser que ce temps perdu ne reviendrait jamais.

Certes, il est vital de se distraire, de relâcher la pression et de se détendre. Mais il y a une différence majeure entre se distraire et s’abrutir !

Nous nous croyons souvent captifs/captives d’une série, d’une émission de téléréalité ou d’un jeu sur smartphone, alors qu’il suffirait d’éteindre l’écran pour être libéré.e.s…

Ceci est un choix.

Et cela ne s’arrête pas aux écrans.

La cage en plaqué or du consommateur-pigeon

Le consommateur-pigeon vit dans la peur constante d’un faux pas quelconque. Il se donne beaucoup de mal pour suivre les tendances, asseoir son petit confort, fréquenter les endroits à la mode et tester tous les nouveaux produits qui sortent. (Je parle au masculin, mais il est évident que cela s’applique aussi au féminin.)

Dans un sens, nous sommes tous un peu des consommateurs-pigeons, parce qu’il est difficile d’être complètement imperméables aux tendances et aux injonctions extérieures. Ce n’est pas grave, à condition d’avoir conscience que nous sommes influencé.e.s – à plus ou moins haute dose selon les cas.

Cependant, il serait bon de nous demander ce qui nous pousse aussi souvent à absorber/faire/acheter des choses qui ne nous plaisent qu’à moitié ? Pourquoi, parfois, allons-nous jusqu’à feindre d’aimer des choses que nous détestons en secret ?

Est-ce par passivité, par peur d’être rejeté.e.s par nos pairs, par conformisme ? Nous laissons-nous trop facilement entraîner par notre entourage, par la pub et les médias ?

Où sont passés notre libre arbitre, notre discernement, notre volonté, voire, dans certains cas, notre instinct de survie ?

Pourquoi faire l’effort de reprendre le pouvoir sur sa vie ?

Quand nous sommes absorbé.e.s par des séries, des jeux ou par le flux incessant des réseaux sociaux, nous oublions qu’il y a une autre vie, là, dehors. Il y a nos projets, nos rêves, nos envies profondes qui nous attendent.

Quand les autres nous influencent au point que nous ne sachions plus ce qui compte pour nous, nous perdons du pouvoir sur notre vie. Nos rêves deviennent flous, nos projets, chimériques, et nos envies, un peu convenues.

Hey, nous avons le droit de reprendre le contrôle !

Avons-nous seulement pris le temps de définir nos goûts, nos envies et nos valeurs ?

Nous avons le droit de vivre en accord avec nos valeurs. Nous avons le droit de choisir ce que nous aimons vraiment. Nous avons le droit de nous adonner à des activités qui comptent pour nous, même si elles sont définitivement ringardes.

Si nos amis nous prennent pour des blaireaux parce que nous n’avons pas le dernier iPhone, ne regardons pas Game of Thrones et ne buvons pas d’alcool à l’apéro, devinez quoi ?

Ce sont eux les blaireaux.

Suivre est passif.

Choisir (de ne pas suivre) est un pouvoir.

Dans quel domaine êtes-vous particulièrement influençable ? Avez-vous des idées pour faire de nouveaux choix ?