C’est quoi le mot magique ?

Photo by Courtney Hedger - Merci est un mot magique

Merci. Un petit mot que nous pouvons lâcher machinalement, du bout des lèvres, ou ressentir intensément, du fond du cœur. Un petit mot que les enfants apprennent dès leur plus jeune âge, parce qu’il leur servira toute leur vie. Un petit mot qui change tout et que nous pouvons adopter dès maintenant pour terminer l’année avec grâce.

Gratitude, gratitude ! J’ai une gueule de gratitude ?

Alors bon, je vais être obligée d’aborder cet article sous l’angle de la gratitude, bien que ce terme commence sérieusement à me casser les noix fatiguer.

Depuis plusieurs mois, tous les gourous du développement personnel expectorent leur gratitude à tout bout de champ et vantent à qui mieux-mieux les vertus merveilleuses de ladite gratitude :

  • et pourquoi nous devrions être reconnaissant.e.s envers la vie, quel que soit ce qu’elle nous offre (ou nous enlève) ;
  • et pourquoi nous devrions tenir un journal de gratitude quotidiennement, jusqu’à ce que la mort nous en sépare ;
  • et pourquoi tout irait tellement mieux si nous souriions à nos malheurs plutôt que de nous lamenter dessus.

En gros, si nous ne parvenons pas à trouver de quoi nous réjouir dans notre vie, c’est que nous sommes d’une ingratitude congénitale crasse. Bien fait pour notre gueule s’il ne nous arrive que des misères.

J’ai envie de nuancer un peu ce discours, parce que certaines périodes de notre vie peuvent nous meurtrir si profondément que nous nous retrouvons momentanément incapables d’apprécier quoi que ce soit. Notre cœur se ferme pour survivre. Ainsi barricadé, il a tellement peur de se rouvrir qu’il serait malavisé de le brusquer en feignant de s’extasier devant une putain de fleur poussant sur le chemin menant à l’hôpital où un de nos proches est en train de mourir.

Il n’y a pas d’urgence, les choses viennent en leur temps. Un jour, un rayon de soleil traverse notre carapace et vient réchauffer notre cœur, lui rendant enfin sa capacité à s’émerveiller.

Donc, vous voyez, la gratitude, pas besoin d’en faire un gratin ni de la mettre à toute les sauces !

Un merci sincère est plus doux que tout

En revanche, je rejoins l’avis des experts en développement personnel en ce qui concerne le pouvoir que recèle un simple « merci ».

On a beau se fermer pour se protéger, cela ne doit pas nous empêcher d’être poli.e.s (d’une part) ni de nous souvenir que partout dans le monde d’autres êtres humains vivent des épreuves similaires aux nôtres, voire infiniment pires (d’autre part).

Nous pouvons commencer à expérimenter ce concept en remerciant le serveur qui apporte notre plat au restaurant, la jeune fille qui ramasse notre parapluie tombé par terre dans la rue, la caissière qui nous souhaite une bonne journée, etc. Nous pouvons ensuite aller plus loin et remercier notre partenaire qui a fait la vaisselle, notre meilleur.e ami.e toujours à notre écoute, notre grand-mère qui a préparé notre dessert préféré…

Une fois le pli pris, nous nous rendons compte que nous avons largement de quoi être reconnaissant.e.s chaque jour, et que beaucoup de personnes font preuve de générosité envers nous.

Enfin, un cran plus loin, l’émerveillement peut poindre. On remarque enfin cette putain de fleur qui vient alléger notre peine. On remarque ce magnifique coucher de soleil qui illumine notre journée morose. On remarque ce petit garçon qui nous offre son si joli sourire, au milieu du tram bondé.

C’est là, et là seulement, que nous parvenons à remercier même les épreuves qui ont jalonné notre route, car nous réalisons à quel point elles nous ont fait grandir…

(OMG, voilà que je me transforme en gourou de la gratitude !)

Moi aussi, je veux dire merci

Pour conclure cet article, je souhaite mettre en pratique cette philosophie et remercier toutes les personnes qui ont dessiné les contours de ma vie, pour le meilleur ou pour le pire. Que vous soyez pour moi des balises incontournables ou que vous ayez traversé ma vie en coup de vent, merci de m’avoir appris quelque chose – même si je n’ai pas su tout de suite quoi.

Merci évidemment à vous, mes adorables lectrices et mes (quelques) adorables lecteurs. Je vous suis très reconnaissante de vos commentaires bienveillants, de votre passage sur ces pages, de votre présence invisible mais infiniment stimulante.

Quant à la vie, elle m’a quand même apporté (aussi) de belles choses jusqu’ici, alors merci 🙂

Ça vous dit de remercier avec moi ?