De l’espace et de l’énergie pour créer

Photo by Uroš Jovičić - Quand le temps et l'énergie nous manquent

En tant que personnes créatives, nous rencontrons parfois de la frustration lorsque nous n’avons pas le temps ou pas l’énergie de créer le projet que nous portons en nous. C’est ce qui m’arrive en ce moment, et peut-être que c’est aussi votre cas. Voici quelques pistes pour avancer quand même – petit à petit et sans nous épuiser plus que de raison.

Contexte & Symptômes

Je travaille à mi-temps et mon niveau d’énergie tombe aussi vite que la nuit en ce moment. Ajoutez à cela le froid et les désagréables petites tensions qu’il cause (encore plus que d’habitude) à mon corps, et vous aurez compris que pour créer, je dois forcer un peu.

Je déteste cette sensation. Je déteste quand je me réveille avec une bonne idée que je dois laisser de côté pour aller travailler. Je déteste prévoir des activités pendant mon jour de congé, et me lever trop mal fichue pour m’y atteler.

Et pourtant cela arrive. Surtout en hiver. Et je suis sûre que je ne suis pas la seule dans ce cas.

Malgré tout, je suis décidée à ne plus laisser ma créativité s’effriter à cause des exigences du quotidien. Je veux lui offrir un véritable espace pour qu’elle s’exprime. Je veux m’y consacrer régulièrement, afin qu’il me soit de plus en plus facile de jouer avec elle.

Je veux lui offrir le meilleur de moi-même, même si ce meilleur est aléatoire selon les périodes.

Remèdes & Posologie

Lorsque je manque de temps et que mon planning m’étouffe littéralement, je peux adopter quelques parades comme celles-ci :

  • Annuler un rendez-vous qui tombe « mal » et qui ne me motive pas. Je ne conseille pas de le faire trop souvent, mais parfois c’est un vrai soulagement d’avoir soudain une plage libre pour créer, tout simplement.
  • Expédier les tâches ménagères ou carrément les rayer de mon planning le temps de terminer un projet. Je n’aime pas négliger ma maison, mais je n’aime pas non plus négliger mes projets créatifs, surtout lorsqu’ils me réclament de manière pressante. La solution peut être aussi de déléguer certaines tâches, si votre partenaire ou vos enfants sont de bonne volonté 😉
  • Optimiser mes déplacements, en faisant les courses pendant ma pause déjeuner ou en calculant mes itinéraires de façon à combiner plusieurs commissions en une seule sortie.
  • Éteindre mon ordinateur et me couper de tout pour ne pas me laisser distraire. C’est fou le temps qu’on perd devant un écran qui « bouge » tout le temps !
  • Préparer mon matériel la veille, pour pouvoir me mettre au travail immédiatement lorsque c’est le moment.
  • Si j’ai assez d’énergie, je travaille sur mon blog le matin avant de partir travailler et/ou le soir en rentrant. En revanche, je sais que je ne peux pas me mettre à la couture ou à la peinture sur ces créneaux, parce qu’il me faut de larges plages de temps pour ces activités. Donc je les réserve à mes jours de congé. Je vous conseille de faire pareil : casez de petites plages de temps pour les projets que vous pouvez interrompre facilement, et prévoyez de plus larges moments pour les projets susceptibles de vous absorber durant de longues heures.

Manquer de temps, c’est déjà pas marrant. Mais quand l’énergie flanche, c’est vraiment pas de chance. (Oui, mes rimes sont pourries, j’assume parfaitement.) Pour éviter cela autant que possible, nous devons prendre soin de notre corps. Après tout, c’est grâce à lui que nous pouvons concrétiser nos idées dans le monde matériel :

  • Personnellement, j’ai besoin de beaucoup de sommeil, surtout en hiver. Même si vous êtes un.e plus petit.e dormeur.se que moi, votre corps et votre esprit ont besoin de déconnecter pendant plusieurs heures d’affilée. Si vous êtes fatigué.e, ne multipliez pas les activités, les sorties et les séries télé le soir. N’attendez pas de craquer pour vous offrir du repos. Dormez, point final.
  • Durant la saison froide, je privilégie les boissons chaudes (infusions bienfaisantes ou lait végétal au miel) ainsi que les soupes maison épaisses et gourmandes. Tous les métabolismes ne sont pas comme le mien, mais il est généralement conseillé de manger chaud en hiver pour éviter de donner trop de travail à notre système digestif.
  • J’essaie d’éviter tout ce qui « pollue » mon corps : cosmétiques conventionnels, produits d’entretien industriels, plats préparés, etc. En effet, ce qui pollue mon corps altère mon énergie, brouille mon esprit et peut finir par bloquer mon inspiration.
  • Grâce à ma kiné, j’ai pris l’habitude de me masser presque quotidiennement et c’est un plaisir de m’accorder ce petit moment avec mon corps. Dans le même état d’esprit, j’essaie de respirer profondément le plus souvent possible, dès que j’y pense. Cela me fait du bien – mais je n’y pense pas assez souvent !
  • Enfin, je ne suis pas une grande sportive (oh que non), mais j’aime marcher au lieu de prendre les transports en commun. Selon votre tempérament, je vous conseille de pratiquer une activité physique qui vous permet d’entretenir votre santé sans vous coûter trop d’effort – sinon vous ne vous y tiendrez pas.

Et si rien ne fonctionne, si je me retrouve quand même à plat, je tâche d’être indulgente et de me ménager. Une fois que j’ai fini de me lamenter sur mon sort, je fais la sieste, je lis, je liste les activités à prioriser dès que ça ira mieux. Personne n’est un super-héros branché sur 2000 volts 24 heures sur 24. On a le droit d’avoir des failles, des coups de mou, des phases basses. Plutôt que de nous shooter aux médicaments (ou à toute autre substance excitante) pour-tenir-le-coup-parce-que-je-peux-pas-m’arrêter-c’est-impossible-pas-maintenant, prenons soin de nous et ralentissons le rythme quand notre corps nous le demande. C’est à ce prix que nous pourrons trouver de l’espace et de l’énergie pour créer des œuvres habitées par un supplément d’âme.

Que faites-vous pour préserver votre créativité des aléas du quotidien, particulièrement pendant la saison froide ?