Quand parler de moi me pose problème

Photo freestocks-photos - Quand parler de soi pose problème

Savez-vous parler de vous ? Savez-vous vous mettre en valeur en toute simplicité, sans avoir l’impression de crâner ? Savez-vous mettre vos talents en avant sans les exagérer ni les dénigrer ? Pas moi 🙁 Mais quelle est cette curieuse tendance qui me fait toujours minimiser ma valeur aux yeux de mes interlocuteurs ?

Pitié, ne t’intéresse pas à moi !

Tout a commencé par une conversation avec une collègue, il y a quelques mois. Nous parlions de nos occupations en dehors du travail, et je disais que j’essayais d’écrire un roman de fantasy (qui n’a pas avancé depuis, pour info). Devant l’intérêt de ma collègue, j’ai immédiatement protesté que ce n’était rien, que je n’avais pas le talent de Tolkien et que mon travail, en gros, ne valait pas un pet de lapin constipé.

En début d’année, rebelote, avec une autre collègue. Cette fois, je tentais d’expliquer mon projet d’entreprise et je sentais bien que mon petit speech n’était ni très clair ni très convaincant.

Je pourrais vous citer d’autres exemples, mais je suis sûre que vous avez compris le truc. Ce comportement est un schéma récurrent chez moi, et c’est aussi un paradoxe que je m’explique mal.

Je crève d’envie qu’on s’intéresse à ce que je fais mais, quand c’est le cas, j’ai envie de fuir pour me cacher. Je bafouille, je me perds dans mon discours, je me rabaisse, je me moque de mon travail ou je fais comme si c’était à la portée de tout le monde (même quand ça ne l’est pas) !

Or, je vous le demande, comment monter mon entreprise et inspirer confiance à mes prospects si je passe mon temps à me dénigrer et à minimiser mes talents ?

Est-ce que je préfère paraître prétentieuse ou pathétique ?

C’est-à-dire que quand je parle avec enthousiasme de mes projets, j’ai l’impression de trop tirer la couverture à moi. Quand je montre de la fierté envers mon travail, j’ai l’impression de sentir mes chevilles gonfler à vue d’œil, ou alors de manquer du discernement nécessaire pour évaluer correctement ma production.

Qu’y a-t-il de plus pathétique qu’un barbouilleux prodigieusement fier de ses croûtes, ou qu’un scribouillard se gargarisant de sa mauvaise prose ?

Ne riez pas, je connais une personne comme ça. Bien que très intelligente, elle est absolument incapable de regarder objectivement les nombreux défauts de ses « œuvres ». Le plus triste, c’est qu’elle n’a aucune marge d’amélioration, parce qu’elle est convaincue de savoir tout faire mieux que les autres. Plutôt triste…

Personnellement, je n’ai pas très envie de basculer dans ces travers !

Mais je n’ai pas non plus envie de continuer à me saboter ad vitam aeternam. J’en ai assez de galérer dans des jobs insatisfaisants, simplement parce que je suis incapable de m’affirmer sainement.

Une histoire de permission et de nouvelles croyances positives

Qui, mais qui sont les Snorky, va me donner la permission d’exprimer mes talents si je ne les reconnais pas en premier lieu ? Qui va les valider, sinon moi-même ? Qui va y croire si je suis la première à en douter ?

Depuis mon article sur le syndrome de l’imposteur, et malgré toutes mes lectures de développement personnel, je n’ai pas tellement avancé sur ce point, finalement 🙁

Néanmoins, je sais que la prochaine étape sera de reconnaître pleinement mes capacités, mes compétences et mes facilités. D’apprendre à en parler avec confiance, pour me permettre de rayonner au-delà de ma zone de confort. Car ce qui est facile pour moi ne l’est pas forcément pour vous (et inversement). Il n’y a rien de prétentieux à affirmer cela, pas vrai ?

Nous avons tous des richesses uniques et spéciales à apporter au monde, encore faut-il les laisser s’exprimer !

Avez-vous, comme moi, des réticences à parler de vos accomplissements ? Supportez-vous les marques d’intérêt et les compliments vis-à-vis de votre travail ? Si vous êtes à l’aise avec tout cela, avez-vous des astuces pour aider celles/ceux qui galèrent ?