La nature au fil des haïkus

Photo by Bruno Ramos Lara - La nature au fil des haïkus

Cet article est ma quatrième contribution à l’éco-défi « Se reconnecter à la nature » proposé par Natasha sur son blog Échos verts.

À l’occasion, j’aime bien composer des haïkus. J’imagine que les puristes pourraient trouver à redire à mes tentatives poétiques, mais j’écris ces haïkus pour le plaisir, pas pour gagner un prix 😉 Allez, je vous explique le rapport avec l’éco-défi en cours !

Qu’est-ce qu’un haïku ?

Un haïku est un bref poème très imagé, idéalement composé de 3 vers de 5, 7 et 5 syllabes. Grâce à ses mots soigneusement pesés, le haïku laisse transparaître une sensibilité, une émotion, une image saisies pour l’éternité.

Né au Japon au XVIIe siècle, le haïku a depuis essaimé jusqu’à nos contrées occidentales. Ses formes modernes sont parfois plus libres qu’originairement, notamment dans la métrique, ce qui fait que mes propres haïkus ne sont pas si incorrects, finalement 🙂

Bashō, Issa et Buson sont parmi les plus connus des haïkistes (auteurs de haïkus) japonais.

Sur une branche morte
les corbeaux se sont perchés
Soir d’automne
.
Matsuo Bashō

La nature et l’instant, magnifiés en quelques mots

Généralement, un haïku doit évoquer une saison ou faire référence à la nature. Le haïkiste saisit ainsi au vol un instant fugace mais temporellement identifiable, et le retranscrit en un minimum de mots.

Soir d’automne
il est un bonheur aussi
dans la solitude.
Yosa Buson

Parfois humoristique, le haïku permet de se concentrer sur les choses simples de la vie, les anecdotes du quotidien, le lien avec la nature et les éléments, etc. Cette forme de méditation poétique permet de poser son regard, de reconnaître ce qui est important et d’extraire délicatement l’essence du moment présent. C’est un art précis, concis et extrêmement vivant.

Feuille morte au vent
de temps en temps
le chat la retient de sa patte.

Kobayashi Issa

Mon haïku de la rentrée…

Pour l’occasion, j’ai moi aussi inventé un petit poème de saison, pour accueillir l’automne, ses températures qui commencent à chuter, ses couleurs uniques et son odeur de rentrée des classes…

C’est la rentrée,
Feuilles rousses et cahiers neufs,
Et mes souvenirs d’enfance.
Moi 🙂

Comme j’ai un petit côté maîtresse d’école sadique, je vous propose de composer un haïku dans les commentaires, en guise d’évaluation de rentrée… Osez sans crainte, il ne sera pas noté ^^ J’attends votre contribution avec impatience !