La nature, les animaux… et les livres, bien sûr !

Photo by Homecare-119 - Oiseau

J’ai été élevée à la campagne, au milieu de nombreux animaux domestiques. Au fil des années, nous avons eu plusieurs chiens, d’innombrables chats, quelques poules, des dizaines de hamsters et cochons d’Inde, des lapins nains, une rate, des escadrons de poissons, des nuées de canaris, des inséparables, et même deux tourterelles apprivoisées et un canard sauvage arrivé par hasard un premier mai et adopté par toute la famille. Notre maison était connue pour être une vraie ménagerie !

Mes parents avaient vraiment le feeling avec les animaux, et ils ont transmis ce don à mon frère, ma sœur et moi. Nous sauvions les souris des griffes des chats, nous nourrissions les oiseaux blessés, nous observions les gendarmes au pied des arbres et guettions les fugitifs lézards, nous ramassions des escargots après la pluie pour organiser des courses… Bref, nous étions constamment en contact avec les bêtes à poils et à plumes et, dans une certaine mesure, avec les bêtes à écailles et les insectes.

Déconnexion totale

Le jour où j’ai aménagé avec mon premier compagnon, nous avons décidé de vivre en ville. C’était beaucoup plus pratique pour trouver du travail, se déplacer sans voiture et avoir tout à portée de pied ou de tram. Malheureusement, en vivant au milieu du béton, je me suis rapidement coupée de la nature et des animaux. J’ai perdu l’habitude de marcher pieds nus dans l’herbe, j’ai même oublié à quel point j’aimais les chats !

J’ai vogué près de dix ans ainsi, sans presque aucun contact avec les arbres, les animaux, les plantes, etc. En 2012, mon deuxième (ex-)compagnon et moi avons emménagé dans une maison avec une petite cour, toujours en ville mais au cœur d’un quartier parsemé de jardins. Nous avons immédiatement adopté deux petites chattes. Quel bonheur d’avoir deux boules de fourrure à câliner et à éduquer, après toutes ces années sans « chaleur » !

Quelques lectures nature 

Bien évidemment, ma passion pour les animaux s’exprime aussi à travers mes lectures ! En premier lieu grâce aux ouvrages du naturaliste Marc Giraud, aussi instructifs que distrayants. J’ai adoré Super bestiaire, Calme plat chez les soles et Le Kama-sutra des demoiselles : non seulement on y apprend plein de choses sur la vie des petites et des grosses bêtes qui partagent notre planète, mais en plus on rigole beaucoup. Ce qui n’empêche pas quelques prises de conscience terribles, car l’auteur souligne que l’action humaine détruit chaque année des créatures fascinantes – dont on ne soupçonne ni l’existence ni l’importance – et met dangereusement en péril les écosystèmes. Du même auteur, en version illustrée, je vous recommande aussi La nature en bord de chemin et Les animaux en bord de chemin : deux livres magnifiques à dévorer des yeux… avant de partir en balade !

Autre ouvrage sur la thématique animale, Sommes-nous trop « bêtes » pour comprendre l’intelligence des animaux ? *, de Frans de Waal, offre un aperçu de cette intelligence animale qui a longtemps été un tabou scientifique. Cette position évolue aujourd’hui, grâce aux expériences menées pas des éthologues et des biologistes passionnés qui respectent autant que possible l’Umwelt (c’est-à-dire l’univers propre) de chaque espèce étudiée. On découvre ainsi que les animaux peuvent se servir d’outils et même les fabriquer, qu’ils savent anticiper leurs actions, qu’ils se témoignent de l’empathie, qu’ils ont de la mémoire, qu’ils possèdent un langage plus élaboré que ce que nous pourrions croire, etc. Un livre passionnant qui incite à la remise en question !

Enfant et nature *, de Valérie Chansigaud, est un livre qui m’a séduite premièrement grâce à ses superbes illustrations, majoritairement méconnues. Ensuite, j’ai beaucoup aimé le texte limpide de l’auteure, qui étudie sur trois siècles les liens entre l’enfant et la nature. Ce bel ouvrage pose une excellente problématique : la nature et les animaux sont omniprésents dans les œuvres de littérature enfantine, mais ces œuvres enseignent-elles pour autant le respect du vivant ? Il semblerait que non. Entre pédagogie froide et préjugés tenaces, les livres pour enfants demeurent majoritairement coupés de la réalité, laissant inexplicablement de côté la défense environnementale…

Avez-vous des animaux domestiques ? Et avez-vous d’autres livres sur ce thème à me conseiller ?

* Livres reçus en service de presse