La simplicité compte double

Photo by Jazmin Quaynor - Une déco simple et minimaliste

D’habitude, on dit : « Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? » Renversons la formule et demandons-nous : « Pourquoi compliquer les choses quand on peut les simplifier ? »

On croule sous les faux besoins et les faux choix

La vie moderne offre énormément de possibilités : des possibilités de carrière, de relations, de loisirs, de menus, de destinations de vacances, de films et de séries à voir, d’achats en tout genre, etc. Ce n’est pas négatif en soi, mais ça nous pousse trop souvent à vouloir tout essayer, tout faire, tout voir, tout acheter. Et surtout, à exposer tout cela sur les réseaux sociaux, comme un gage de notre réussite et de la « validité » de notre existence.

Pour contrer cette tendance consumériste, de nombreuses personnes ont choisi d’adopter un mode de vie plus simple. Se simplifier la vie est donc devenu un thème à la mode, avec ses gourous plus ou moins sincères et ses groupies plus ou moins motivées. Personnellement, cela fait déjà une dizaine d’années que j’ai adopté une philosophie de l’essentiel et que j’ai allégé mes placards. Autant dire que je n’ai pas attendu Marie Kondo ! J’ai affiné et amélioré mon approche ces deux dernières années, suite à ma prise de conscience environnementale.

Parce que la simplicité a aussi un rapport avec une vie plus respectueuse. De soi, des autres, de la planète. Simplifier sa vie, ce n’est pas seulement ranger sa maison et faire un peu de tri. C’est aussi remettre en question tout un tas de choses, depuis nos possessions jusqu’à nos croyances. Simplifier sa vie, c’est éliminer ce qui bouche notre vue et limite notre champ d’action. Enfin, c’est revoir nos priorités afin de minimiser notre impact sur la nature et garder davantage de temps pour les relations humaines.

Et si nous allégions tout ça ?

Nous n’avons pas besoin de remplir notre logement, notre grenier, notre cave et notre garage de possessions (même celles censées nous simplifier la vie). Ni de bourrer notre ordinateur, notre tablette et notre smartphone de fichiers jamais classés, d’applis jamais utilisées, etc. Ni de remplir chaque minute de notre emploi du temps du lundi matin au dimanche soir. Ni de… je vous laisse compléter la liste.

Mais pourquoi faisons-nous ça, d’ailleurs ? Parce que tout le monde, autour de nous, le fait. Cela semble même louche de faire différemment, de lever le pied, de ne pas (ou peu) consommer, de ne pas être un geek ou un robot, de ne pas suivre le troupeau. Quelle tristesse, si on y pense, non ?

Pour ma part, j’ai simplifié ma vie parce que tout est tellement tarabiscoté dans ma tête qu’il est nécessaire de canaliser au moins le chaos extérieur. J’optimise, j’organise, j’épure, j’écrème un maximum pour y voir plus clair. J’essaie de ne pas disperser mon temps et mon énergie dans des activités stériles. Je dis bien j’essaie ! Ce n’est pas toujours gagné, n’allez pas croire 😉

Quelques idées de lecture pour s’y mettre

Si vous aussi vous souhaitez éliminer tout le superflu qui vous alourdit, faire place nette et table rase, voici quelques idées de lectures. Au final, non seulement vous dégagerez sûrement du temps pour des activités que vous aimez, mais en plus vous ferez des économies !

Quand j’ai déménagé à Orléans il y a dix ans, j’ai décidé de partir avec le minimum et de ne pas envahir mon logement avec des achats inutiles. (Bonne idée, car les livres de mon compagnon prenaient toute la place, de toute façon !) Quelques années après, je suis tombée sur L’art de l’essentiel de Dominique Loreau. Ce livre m’a confortée dans mon envie de limiter mes possessions afin de ne pas m’alourdir ni perdre mon temps à ranger sans arrêt. J’ai pu me séparer sans douleur d’objets, de livres et de vêtements qui ne me servaient (ou ne me plaisaient) plus. J’ai lu d’autres livres de Dominique Loreau par la suite, mais celui-ci est mon préféré.

Simplifiez votre intérieur grâce au Feng Shui (réédité sous le titre L’art de vivre Feng Shui), de Karen Kingston, est aussi un ouvrage assez marquant dans mon parcours, puisqu’il m’a aidée à mieux ranger et organiser mon logement, afin de mieux laisser circuler les énergies. Parce que le Feng Shui, en réalité, ce n’est pas ajouter un miroir ici, un couple de canards là, non ! C’est plutôt enlever et alléger pour libérer de l’espace et de l’énergie… dans tous les domaines de notre vie. On y croit ou pas, mais cela vaut le coup de tester.

Puis est venu entre mes mains le fameux Zéro déchet de Béa Johnson, et il a tout changé. Terminé l’essuie-tout, le papier cuisson, les cotons-tiges et de nombreux autres articles que la société du tout-jetable nous a vendus comme essentiels. Figurez-vous qu’on peut très bien vivre sans, et même faire de sacrées économies en supprimant tous ces achats inutiles (et bien d’autres encore). En gros : les vraies économies consistent à ne pas se créer de faux besoins. (En prime, les océans vous disent merci !)

Enfin, Vivre la simplicité volontaire * réunit de nombreux témoignages de personnes ayant décidé de simplifier leur vie, de sortir de l’aliénation marchande, voire de carrément déserter ce monde pour vivre sans eau courante, sans carte bancaire, etc. Ce livre permet de remettre en question bon nombre de nos idées reçues et, surtout, il propose des alternatives mises en œuvre par des particuliers qui ont trouvé le pouvoir de changer les choses à leur niveau, comme nous le pouvons tous.

Qu’évoque pour vous le mot simplicité ? Avez-vous déjà réfléchi à comment simplifier votre vie ?

* Livre reçu en service de presse