La stratégie gagnante pour changer ses habitudes

Photo by Myriam-Fotos - Réussir à changer ses habitudes

Nous en avons tous.tes fait l’expérience : nous nous fixons un objectif motivant (mieux manger, arrêter de fumer, limiter les réseaux sociaux, pratiquer une activité physique régulière, etc.), puis nous nous heurtons à des difficultés qui nous poussent à abandonner nos efforts à plus ou moins brève échéance. La faute à la fatalité ? Pas seulement…

Tout changement est un bouleversement

Combien de fois me suis-je engagée à méditer quotidiennement et à faire de l’exercice plus régulièrement… sans succès notable jusqu’ici ?

Combien de fois, après la lecture d’un livre inspirant, me suis-je lancée dans un programme de développement personnel… que j’ai laissé tomber au bout de quelques jours ou quelques semaines ?

En réalité, je n’ai fait que suivre mes instincts les plus primitifs en reculant devant le changement. L’être humain déteste et craint viscéralement le changement. Le changement, c’est l’inconnu. L’inconnu, c’est le danger. Le danger, c’est potentiellement la mort.

Notre cerveau effectue automatiquement ce raccourci. Il nous met ensuite en garde contre toute velléité de transformation de nos habitudes, même si objectivement nous savons que c’est pour notre bien.

Ceci est la première raison pour laquelle nous échouons si souvent à changer – mais ce n’est pas une malédiction irrévocable, rassurez-vous 🙂

Quand on n’est pas prêt.e à changer

La seconde raison qui met en péril le succès de nos bonnes résolutions, c’est tout simplement que, parfois, nous ne sommes pas prêt.e.s à aller au-delà de notre zone de confort.

Nous considérons que nous n’avons pas besoin de nous remettre en question ni de changer profondément, parce que tout va bien, merci ! Nous zappons donc les données qui pourraient ébranler nos convictions. Nous nous laissons gouverner par nos idées reçues ainsi que par nos habitudes.

Nous ne sommes pas prêt.e.s à réfléchir, à faire des efforts, à nous renseigner, à nous faire aider, à poser des actions constructives, etc.

Je vous donne deux exemples personnels :

  • Pendant très longtemps, je me suis habillée en noir, toujours pareil, comme si j’avais endossé un uniforme. Je m’étais construit une image de moi-même à laquelle j’étais passionnément attachée. Je m’étais enfermée dedans. Quand j’ai découvert pour la première fois l’approche de Flora Douville, j’ai été immédiatement attirée, mais je ne pensais pas pouvoir apprendre beaucoup d’elle, car j’étais persuadée d’être au mieux dans mes fringues. Il m’a fallu déconstruire beaucoup de croyances sur moi-même pour être capable de porter de la couleur. Et j’ai encore beaucoup de mal à apprivoiser les formes de vêtements qui me conviennent !
  • Je ne suis pas une adepte du « tout à moitié » sauf… quand je ne suis pas prête à aller au bout de mes convictions. Ainsi, j’ai longtemps acheté du bio de supermarché, (sur)emballé et transformé comme il se doit. Aujourd’hui, faire mes courses en épicerie bio et acheter mes légumes au marché est devenu un réflexe, une routine. Mais au départ, que d’efforts cela a demandé, que de remises en question de mes habitudes de consommation !

Résultat : on se trouve des excuses !

Ben oui, il faut bien justifier notre inaction, sinon on passe juste pour des losers bornés…

Dans mon cas, je peux dire que je portais du noir parce que c’était pratique et relativement passe-partout. C’était mon excuse pour ne pas voir qu’en réalité j’éteignais ma lumière intérieure. Et je faisais mes courses au supermarché parce que c’était plus commode, et parce que j’avais peur de ne pas savoir cuisiner les mystérieux aliments que l’on trouve en épicerie bio.

On se trouve des excuses, je vous dis !

Préparer et amorcer intelligemment le changement

Vient le moment, malgré tout, où changer devient nécessaire, voire vital. Parfois pour des raisons de santé, parfois pour nous rapprocher de nos valeurs – si souvent malmenées dans notre société. C’est donc dans l’urgence que nous essayons de tout bouleverser dans notre vie, pour nous envoler vers le meilleur en évitant le pire.

Pas si vite, fend-la-bise !

Savez-vous que le changement se prépare ? Voici quelques clés pour le faciliter :

  • Premièrement, noter sur un carnet l’habitude à abandonner ou celle à adopter. Réfléchir à nos motivations, afin de clarifier pourquoi nous voulons abandonner ou adopter cette habitude. Est-ce pour être en meilleure santé ? Pour avoir un impact positif sur l’environnement ? Pour cultiver de meilleures relations avec nos proches ? En bref, quelles sont les valeurs mises en jeu dans notre décision ? Pour finir, sommes-nous sûr.e.s d’être prêt.e.s à changer ? (Inutile d’essayer de passer en force si ce n’est pas le cas. Mieux vaut attendre un moment plus propice.)
  • Deuxièmement, se projeter dans le futur, une fois que nous aurons abandonné ou adopté cette habitude. Comment serons-nous ? Que ressentirons-nous ? Comment agirons-nous ? Comment réagiront les personnes autour de nous ? Confirmons-nous que ce futur nous attire et que nous sommes prêt.e.s à cheminer vers lui ? Cet exercice permet de se familiariser avec ce « moi futur » encore inconnu, et ainsi court-circuiter notre cerveau frileux.
  • Noter les avantages et les inconvénients de notre habitude actuelle, ou les avantages et les inconvénients de notre future habitude. Une habitude, même néfaste, présente toujours des avantages, ne serait-ce que parce qu’elle nous « rassure ». De la même manière, une future bonne habitude aura peut-être un coût élevé en termes de temps ou d’argent, par exemple. Faire un bilan précis permet de savoir ce qui va peser dans la balance pendant notre cheminement.
  • Mettre en place une stratégie, planifier nos actions (sans brûler les étapes) et chercher des solutions créatives pour réussir notre changement. Mieux vaut prendre cela comme un jeu ! Quand j’ai commencé à m’intéresser au zéro déchet, j’ai pris ça comme un défi et je me suis amusée à trouver des solutions pour abandonner l’essuie-tout, les serviettes hygiéniques, le papier alu, etc. D’une manière générale, dès que l’on a l’impression de faire un sacrifice, on se met en résistance et toutes nos bonnes résolutions tombent à l’eau. Alors autant y aller en mode ludique 🙂
  • C’est le moment d’agir et de mettre en application notre stratégie, avec autant de discipline que de souplesse. Un cadre bien défini aide à avancer, mais inutile de s’enfermer dedans avec rigidité. Certains jours, nous serons motivé.e.s et tout sera facile. Le lendemain, nous retomberons dans nos « travers »… Restons bienveillant.e.s envers nous-mêmes, acceptons cette rechute temporaire et repartons du bon pied ! N’oublions pas que nous pouvons demander de l’aide à un professionnel si besoin.
  • Penser à nous évaluer régulièrement, pour faire le point sur ce qui fonctionne (= on le garde) ou ne fonctionne pas (= on essaie autre chose) dans notre stratégie. Par ailleurs, célébrer nos progrès, même s’ils sont minimes, nous encourage à persévérer. Chaque petit pas compte sur le chemin du succès 🙂

Avez-vous déjà réussi à changer vos habitudes ? Si oui, comment vous y êtes-vous pris.e ? Si non, quel changement aimeriez-vous mettre en place, et comment allez-vous procéder ?