Pourquoi (et comment) suivre le rythme de la nature

Photo by Stux - Les rythmes de la nature

Cet article est ma deuxième contribution à l’éco-défi « Se reconnecter à la nature » proposé par Natasha sur son blog Échos verts.

Branchés presque 24 heures sur 24 à nos appareils numériques, nourris 12 mois sur 12 avec les mêmes aliments transformés et dénaturés, dopés à la caféine et à l’adrénaline pour garder le même niveau d’énergie 7 jours sur 7… Nous ne suivons plus les cycles des saisons et de notre corps. Par arrogance ou par ignorance, nous avons tendance à oublier que nous faisons partie intégrante de la nature, que nous sommes sensibles à ses fluctuations. Mais tout cela a un prix. En vivant « hors sol », déconnectés de notre corps et de notre environnement, nous perdons notre ancrage et, parfois, notre santé. Comment ralentir et revenir à une sagesse basée sur les différents cycles naturels ?

Les saisons, grandes oubliées de la vie 3.0

Si, pour nos ancêtres, il était naturel de se caler sur le rythme des saisons, l’avènement de la société moderne a signé l’arrêt de ce mode de vie peu favorable à la croissance économique. Aujourd’hui, il faut être actif et performant en toute saison, tous les jours, à toute heure. Mais la nature, elle, n’a pas changé ! Elle est toujours cyclique, entre repli et bourgeonnement, abondance et régénération. Elle fait ce qu’elle a à faire au moment où elle doit le faire. Pas avant, ni après. Et si nous suivions son exemple ?

Même si nous ressentons (parfois douloureusement) les fluctuations de températures, nous avons oublié que chaque saison appelle des activités différentes :

  • L’hiver est une saison propice au ralentissement, au repli intérieur et au repos. Dans la nature, les arbres ont perdu leurs feuilles pour consommer le moins d’énergie possible, les plantes sont au repos, la plupart des animaux aussi… La saison froide invite à dormir plus, sortir moins, manger chaud, cocooner et s’introspecter. Hélas, outre le fait qu’il est compliqué d’adapter notre emploi du temps pour respecter ces besoins, nous avons fait de l’hiver une saison très chargée, avec la frénésie ultraconsumériste des Fêtes de fin d’année et, juste après, les non moins consuméristes soldes. Ayant travaillé dans la vente, je suis bien placée pour déplorer cette suractivité épuisante…
  • Le printemps est la saison du renouveau. La nature semble renaître, les plantes poussent et bourgeonnent, les animaux se reproduisent. L’énergie remonte, il est plus facile d’être actif et optimiste. L’envie de socialiser et de sortir revient progressivement. C’est le moment idéal pour faire une petite détox et pour prendre de bonnes habitudes alimentaires. Pour certains, le printemps réveille aussi les allergies, ce qui est moins drôle… Bref, le beau temps ne nous dispense pas de prendre soin de nous !
  • L’été est théoriquement une saison de grande activité – en tout cas dans certains secteurs comme l’agriculture. Pour la plupart d’entre nous, il est plutôt synonyme de vacances et de bon temps. Bien que la chaleur puisse mettre notre organisme à rude épreuve, l’été est la période la plus agréable pour muser le nez au vent, faire des rencontres, manger dehors, profiter des longues soirées, etc. Dans la nature, les cultures sont abondantes, les légumes et les fruits sont gorgés d’eau et de soleil, les insectes sont très actifs (!), la beauté est partout. Profitons-en pour la contempler 🙂
  • L’automne, souvent considéré comme une période de déclin, est le moment pendant lequel la nature se prépare à la rigueur de l’hiver. Les dernières récoltes permettent de faire des réserves pour la saison froide, les arbres commencent à perdre leurs feuilles, les journées raccourcissent. Pour nous, c’est l’heure de la rentrée scolaire et de la reprise du travail. Au milieu du train-train quotidien qui recommence à nous absorber, n’oublions pas de nous ménager un peu de temps pour « revenir vers nous ». Et si nous prenions un bain de forêt en écoutant les feuilles mortes craquer sous nos pas ?

Côté alimentation, les légumes et fruits de saison apportent précisément les nutriments dont nous avons besoin au moment où nous en avons besoin. Je ne m’attarde pas sur ce sujet, car Natasha va lui consacrer un article complet, mais cela me semblait important de préciser que la nourriture suit, elle aussi, un cycle naturel – bien peu respecté dans les allées de nos supermarchés..

La lune, astre cyclique par excellence

La question de l’influence de la lune sur les organismes vivants est toujours sujette à débat, entre ceux qui y croient dur comme fer, ceux qui recherchent des preuves scientifiques indiscutables… et ceux qui se moquent bien de toutes ces « fadaises ».

Ce que personne ne peut nier, en revanche, c’est que l’apparence de la lune change toutes les nuits : nouvelle lune, lune ascendante, pleine lune, lune décroissante. Observer le ciel nocturne nous offre la possibilité de nous reconnecter à la nature cyclique de cet astre qui enveloppe nos vies d’un voile de mystère…

Si nous le souhaitons, nous pouvons aussi prévoir de petits rituels pour marquer la nouvelle lune et la pleine lune :

  • La nouvelle lune est le moment idéal pour lister nos souhaits et faire de la place pour accueillir ce que nous désirons.
  • La pleine lune est le moment idéal pour pardonner, faire preuve de gratitude et faire le ménage dans notre vie.

Voilà de quoi passer de douces et belles nuits 🙂

Notre corps, cette merveille complètement désynchronisée

Une baisse de régime ? Vite, un café ou une boisson énergétique ! Une contrariété ? Vite, une petite douceur sucrée, même si nous n’avons pas faim ! Il est 23 heures, on pique du nez devant notre série préférée, mais impossible de louper la fin ? Hop, on laisse passer un train du sommeil – et il faudra attendre environ 90 minutes avant que le prochain arrive… !

Ces habitudes quotidiennes, très répandues (je plaide coupable pour le grignotage compulsif), ne font que nous couper encore davantage des rythmes naturels de notre corps. Heureusement, nous pouvons nous remettre à leur écoute en nous demandant régulièrement, au cours de la journée :

  • Quand avons-nous le plus d’énergie ?
  • Quand avons-nous vraiment faim ?
  • Quand faisons-nous preuve d’un maximum de concentration ?
  • Quand avons-nous besoin d’une petite pause ?
  • Quand avons-nous vraiment besoin d’aller nous coucher ?

Fini d’aller trop souvent à contre-courant de nos besoins !

Le cycle féminin, un fardeau à transformer en cadeau

J’ai déjà abordé la question du féminin, mais sans entrer dans les détails du cycle menstruel. Le moment est venu de m’y coller, car le corps féminin est régi par des fluctuations hormonales qui peuvent, au mieux, passer complètement inaperçues, au pire, nous secouer comme une centrifugeuse. En étudiant ces fluctuations, on peut découper notre mois en quatre phases distinctes.

Miranda Gray, experte dans le domaine, parle de phases contemplative, dynamique, expressive et créative :

  • La phase contemplative correspond à nos menstruations. Pendant cette période, nous avons besoin de nous intérioriser, de nous replier sur nous-mêmes pour faire le point. C’est le moment de lâcher prise, de nous relier à notre intuition, de nous reposer et de préparer le renouveau (c’est-à-dire le reste de notre cycle).
  • La phase dynamique intervient juste après nos règles. Pendant cette période, notre concentration, notre endurance physique et notre capacité d’apprentissage sont à leur maximum. Nous pouvons accomplir beaucoup de choses en peu de temps, c’est donc le moment idéal pour s’occuper des petites formalités que nous esquivons habituellement : remplir des papiers, passer des appels administratifs, etc.
  • La phase expressive correspond à la période de l’ovulation. Tournée vers l’empathie et les relations sociales, c’est une phase pendant laquelle nous avons tendance à devenir plus maternantes, plus douces et plus subtiles dans nos interactions avec les autres.
  • La phase créative est souvent la plus difficile à vivre. Elle correspond à la période prémenstruelle et s’accompagne d’irritabilité, d’émotivité et d’anxiété. Notre énergie diminue, tandis que notre envie de « faire » culmine, ce qui peut conduire à de la frustration. Pour contrebalancer, notre créativité est à son apogée, de même que notre capacité à chercher – et trouver – des solutions aux problèmes qui nous chiffonnent…

Chaque phase dure approximativement sept jours, mais cela peut varier énormément selon les femmes. Il est donc important de s’observer tout au long du mois pour apprendre à les identifier. En comprenant notre cycle, il nous devient possible d’optimiser nos capacités tout en respectant pleinement notre féminité.

Magique, non ?

Quelques idées de lectures pour en savoir plus

Mon cahier de bien-être des 4 saisons *, de Virginie Parée : un petit cahier pratique pour adapter son alimentation, son activité physique, sa respiration et la gestion de ses émotions selon les saisons.

Renouer avec le rythme des saisons, de Pamela Weber : ce livre propose des conseils nutritionnels, des méditations et des postures de yoga adaptés à chaque saison. Un CD audio accompagne le livre, pour guider les méditations, les exercices de respiration et les asanas.

Vivre avec la lune, d’Aurore Widmer : un joli petit manuel de développement personnel, axé sur les cycles lunaires et l’astrologie. L’auteure consacre également quelques pages au cycle féminin, traditionnellement assimilé à celui de la lune.

La femme optimale, de Miranda Gray : véritable bible du cycle féminin, ce livre permet d’établir notre propre cadran de cycle pour planifier au mieux chaque phase et profiter pleinement de ses bénéfices dans notre vie quotidienne.

Pour boucler la boucle, rappelons-nous que nous nous inscrivons dans le Vivant – avec un grand V. Respecter ses cycles, c’est la meilleure façon de prendre soin de la Vie – avec un grand V aussi 😉

Vous sentez-vous pleinement connecté.e à un ou plusieurs de ces cycles ? Que faites-vous pour respecter votre propre rythme ?

* Livre reçu en service de presse